En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
  Qui prête à rire, n'est jamais sur d'être remboursé  R.Devos
Vous êtes ici :   Accueil » Blog » Tous les billets
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...

Blog - Tous les billets

chene_pedoncule.jpegDanger pour nos forêts !  -  par Contact

Les changements climatiques se traduisent par un bourgeonnement précoce des arbres et une perte de feuillage plus tardif en automne ; les arbres croissent plus rapidement et selon un expert de l’INRA, leur productivité moyenne aurait augmenté de 30 à 40% depuis une quarantaine d’années. Corrélativement, les arbres sont devenus plus fragiles et des mortalités précoces de nombreuses variétés sont observées. En particulier, le chêne pédonculé est en danger, suite notamment aux sécheresses estivales. Cette espèce est en effet très exigeante en eau et sa disparition de nos forêts est à craindre…

Lire la suite Lire la suite

Les changements climatiques se traduisent par un bourgeonnement précoce des arbres et une perte de feuillage plus tardif en automne ; les arbres croissent plus rapidement et selon un expert de l’INRA, leur productivité moyenne aurait augmenté de 30 à 40% depuis une quarantaine d’années. Corrélativement, les arbres sont devenus plus fragiles et des mortalités précoces de nombreuses variétés sont observées. En particulier, le chêne pédonculé est en danger, suite notamment aux sécheresses estivales. Cette espèce est en effet très exigeante en eau et sa disparition de nos forêts est à craindre…

Fermer Fermer

Publié le 23/01/2009 ¤ 22:11  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?   | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut

Les conditions de travail des coupeurs de canne sont extrêmement dures, proches de l’esclavage. Hébergés dans des conditions précaires, il leur faut couper 15 tonnes de canne par jour - 10 000 coups de machette-,  pour recevoir un salaire de misère insuffisant pour vivre et manger. Les blessures sont fréquentes.

Par ailleurs, la monoculture épuise les terres ; elle entraîne la disparition de cultures traditionnelles en même temps qu’elle favorise la déforestation.

Enfin, le carburant vert fait flamber le prix des terres ; les petits paysans vendent leurs biens favorisant ainsi l’apparition de vastes exploitations. Cette évolution entrave toute perspective de réforme agraire.

De quoi inciter à la réflexion …

Lire la suite Lire la suite

Les conditions de travail des coupeurs de canne sont extrêmement dures, proches de l’esclavage. Hébergés dans des conditions précaires, il leur faut couper 15 tonnes de canne par jour - 10 000 coups de machette-,  pour recevoir un salaire de misère insuffisant pour vivre et manger. Les blessures sont fréquentes.

Par ailleurs, la monoculture épuise les terres ; elle entraîne la disparition de cultures traditionnelles en même temps qu’elle favorise la déforestation.

Enfin, le carburant vert fait flamber le prix des terres ; les petits paysans vendent leurs biens favorisant ainsi l’apparition de vastes exploitations. Cette évolution entrave toute perspective de réforme agraire.

De quoi inciter à la réflexion …

Fermer Fermer

Publié le 23/01/2009 ¤ 22:09  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?   | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut
bateau_046.gif

La pénurie d’eau gagne l’Europe ; selon la CE « la moyenne annuelle des populations et territoires touchés par la sécheresse augmente de façon importante depuis 30 ans ( de 6 à 13 %). L’Europe gaspille entre 20 et 40 % de ses ressources ».

Jusqu’au début de l’été dernier, la Catalogne souffrait d’un grave déficit en eau ; Marseille est venue à son secours : deux cargos ont effectués 6 rotations entre les deux ports et les 185 000 m3  ainsi transportés, représentant environ 3 % de la consommation locale, ont permis d’étancher la soif de nos amis catalans. Ceux-ci construisent actuellement une importante usine de désalinisation qui entrera en service fin 2009.

Marseille tire son eau de deux canaux construits sur la Durance et le Verdon et dispose de 3 grandes réserves de 6 millions de m3 au total, assurant l’approvisionnement de la cité.

Lire la suite Lire la suite

bateau_046.gif

La pénurie d’eau gagne l’Europe ; selon la CE « la moyenne annuelle des populations et territoires touchés par la sécheresse augmente de façon importante depuis 30 ans ( de 6 à 13 %). L’Europe gaspille entre 20 et 40 % de ses ressources ».

Jusqu’au début de l’été dernier, la Catalogne souffrait d’un grave déficit en eau ; Marseille est venue à son secours : deux cargos ont effectués 6 rotations entre les deux ports et les 185 000 m3  ainsi transportés, représentant environ 3 % de la consommation locale, ont permis d’étancher la soif de nos amis catalans. Ceux-ci construisent actuellement une importante usine de désalinisation qui entrera en service fin 2009.

Marseille tire son eau de deux canaux construits sur la Durance et le Verdon et dispose de 3 grandes réserves de 6 millions de m3 au total, assurant l’approvisionnement de la cité.

Fermer Fermer

Publié le 05/01/2009 ¤ 17:59  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?   | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut

Jean-Pierre Gattuso, directeur du laboratoire d’océanographie de Villefranche-sur-Mer, vient d’être nommé coordinateur d’une mission chargée d’évaluer l’impact de l’absorption de CO2 par les océans et de l’acidification des eaux qui en résulte (Projet EPOCA). Chaque jour, 25 millions de tonnes de CO2 sont absorbés mais sous l’effet des changements climatiques, les concentrations diminuent dans certaines zones tandis qu’elles augmentent dans d’autres, les zones les plus froides. Les variations de pH qui en résultent ont un effet majeur sur la biodiversité des océans.

Lire la suite Lire la suite

Jean-Pierre Gattuso, directeur du laboratoire d’océanographie de Villefranche-sur-Mer, vient d’être nommé coordinateur d’une mission chargée d’évaluer l’impact de l’absorption de CO2 par les océans et de l’acidification des eaux qui en résulte (Projet EPOCA). Chaque jour, 25 millions de tonnes de CO2 sont absorbés mais sous l’effet des changements climatiques, les concentrations diminuent dans certaines zones tandis qu’elles augmentent dans d’autres, les zones les plus froides. Les variations de pH qui en résultent ont un effet majeur sur la biodiversité des océans.

Fermer Fermer

Publié le 05/01/2009 ¤ 17:58  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?   | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut

Parmi les causes des récents évènements entre la Géorgie et la Russie, figure la volonté de cette dernière de témoigner que la Géorgie ne représente pas une alternative sérieuse pour le transport des marchandises qui alimente toute la région caucasienne, jusqu'à l'Aie Centrale, et pour les approvisionnements en hydrocarbures et en gaz en provenance de la région de la mer Caspienne. L'occupation des ports de Poti, port militaire, et de Batoumi, port de marchandises avec un terminal pétrolier important, hypothèque l'activité maritime et prive la Géorgie de  rentrées financières. Par ailleurs, ces évènements font peser l'incertitude sur l'exploitation de l'oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan (TBC), qui vient tout juste d’être inauguré, et transporte déjà plus de 1% de la production mondiale de pétrole, de la Caspienne vers l’Europe, en réduisant les exportations russes vers le marché occidental ; une vraie menace pour la Russie qui fait ainsi pression afin que les projets de nouveaux oléoducs évitant son territoire soient abandonnés (voir la carte – Courrier International).

Ces évènements doivent à nouveau nous faire prendre conscience, nous Français, mais aussi tous les pays européens et les anciennes républiques soviétiques de l'importance de la Russie dans nos approvisionnements énergétiques (voir la carte – Courrier International ) : 20% de nos approvisionnements pour le gaz et 13 %, pour le pétrole.

Les documents officiels Français indiquent pour notre pays un taux d'indépendance énergétique global d'environ 50,4 % (2007) considérant la production d'électricité primaire, notamment nucléaire, comme "nationale" (taux d'indépendance : 104 % !). C'est évidemment oublier l'approvisionnement en uranium, certes mieux réparti sur la planète mais sur lequel pèse néanmoins de lourdes incertitudes (voir les évènements du Gabon). Et le développement annoncé du nucléaire à travers le monde ne peut faire qu'augmenter les tensions…

Les enjeux géopolitiques et géostratégiques liés aux approvisionnements énergétiques n'ont pas fini d'agiter notre planète !

Lire la suite Lire la suite

Parmi les causes des récents évènements entre la Géorgie et la Russie, figure la volonté de cette dernière de témoigner que la Géorgie ne représente pas une alternative sérieuse pour le transport des marchandises qui alimente toute la région caucasienne, jusqu'à l'Aie Centrale, et pour les approvisionnements en hydrocarbures et en gaz en provenance de la région de la mer Caspienne. L'occupation des ports de Poti, port militaire, et de Batoumi, port de marchandises avec un terminal pétrolier important, hypothèque l'activité maritime et prive la Géorgie de  rentrées financières. Par ailleurs, ces évènements font peser l'incertitude sur l'exploitation de l'oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan (TBC), qui vient tout juste d’être inauguré, et transporte déjà plus de 1% de la production mondiale de pétrole, de la Caspienne vers l’Europe, en réduisant les exportations russes vers le marché occidental ; une vraie menace pour la Russie qui fait ainsi pression afin que les projets de nouveaux oléoducs évitant son territoire soient abandonnés (voir la carte – Courrier International).

Ces évènements doivent à nouveau nous faire prendre conscience, nous Français, mais aussi tous les pays européens et les anciennes républiques soviétiques de l'importance de la Russie dans nos approvisionnements énergétiques (voir la carte – Courrier International ) : 20% de nos approvisionnements pour le gaz et 13 %, pour le pétrole.

Les documents officiels Français indiquent pour notre pays un taux d'indépendance énergétique global d'environ 50,4 % (2007) considérant la production d'électricité primaire, notamment nucléaire, comme "nationale" (taux d'indépendance : 104 % !). C'est évidemment oublier l'approvisionnement en uranium, certes mieux réparti sur la planète mais sur lequel pèse néanmoins de lourdes incertitudes (voir les évènements du Gabon). Et le développement annoncé du nucléaire à travers le monde ne peut faire qu'augmenter les tensions…

Les enjeux géopolitiques et géostratégiques liés aux approvisionnements énergétiques n'ont pas fini d'agiter notre planète !

Fermer Fermer

Publié le 23/09/2008 ¤ 21:55  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?   | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut
La Sté Cargill vient d'inaugurer une importante usine de traitement de colza à Montoir (proche St Nazaire) ; la capacité de traitement sera de 600 000 tonnes de graines de colza par an avec une extraction de 250 000 tonnes d'huile et de 350 000 tonnes de tourteaux. Le colza proviendra de Bretagne, des Pays de la Loire, de Poitou-Charentes et du centre. L'huile est vendue à Diester Industries Atlantique pour transformation en biodiesel.

Lire la suite Lire la suite

La Sté Cargill vient d'inaugurer une importante usine de traitement de colza à Montoir (proche St Nazaire) ; la capacité de traitement sera de 600 000 tonnes de graines de colza par an avec une extraction de 250 000 tonnes d'huile et de 350 000 tonnes de tourteaux. Le colza proviendra de Bretagne, des Pays de la Loire, de Poitou-Charentes et du centre. L'huile est vendue à Diester Industries Atlantique pour transformation en biodiesel.

Fermer Fermer

Publié le 23/09/2008 ¤ 21:31  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?   | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut
La plus grande centrale photovoltaïque de l'UE vient d'être inaugurée à la Réunion : 6 000 panneaux, 8500 m2, 1 350 MWh/ an. Tout est pour le mieux et pourtant :
  • L'investissement (6 millions €) a été subventionné par le Conseil Régional, l'ADEME, le FEDER, et probablement d'autres collectivités ou organismes publics ; de toutes les manières, par le contribuable.
  • edf va acheter la production au tarif particulièrement avantageux de 40 cts le kWh. Qui finance cette gabegie ? Le contribuable.
  • Qui touche le pactole ? Ce serait tout de même intéressant de le savoir ? Et ce serait un juste retour des choses puisque nous avons financé ! Est ce que les bénéficiaires remboursent en partie les subventions ?
Merci à quiconque peut apporter des précisions ....

Lire la suite Lire la suite

La plus grande centrale photovoltaïque de l'UE vient d'être inaugurée à la Réunion : 6 000 panneaux, 8500 m2, 1 350 MWh/ an. Tout est pour le mieux et pourtant :
  • L'investissement (6 millions €) a été subventionné par le Conseil Régional, l'ADEME, le FEDER, et probablement d'autres collectivités ou organismes publics ; de toutes les manières, par le contribuable.
  • edf va acheter la production au tarif particulièrement avantageux de 40 cts le kWh. Qui finance cette gabegie ? Le contribuable.
  • Qui touche le pactole ? Ce serait tout de même intéressant de le savoir ? Et ce serait un juste retour des choses puisque nous avons financé ! Est ce que les bénéficiaires remboursent en partie les subventions ?
Merci à quiconque peut apporter des précisions ....

Fermer Fermer

Publié le 04/09/2008 ¤ 20:56  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?   | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut
Vaches_argentines.jpg

Curieuses vaches argentines équipées de cet énorme sac à dos ! En réalité, il s'agit de sacs en plastique reliés par un tube à l'estomac des ruminants afin d'étudier la production de méthane, un puissant gaz à effet de serre (GES). L'argentine compte 55 millions de tête de bétail ; sachant que chaque bête produit de 800 à 1000 litres de méthane/jour, l'Argentine est un des pays les plus pollueurs du monde !

Lire la suite Lire la suite

Vaches_argentines.jpg

Curieuses vaches argentines équipées de cet énorme sac à dos ! En réalité, il s'agit de sacs en plastique reliés par un tube à l'estomac des ruminants afin d'étudier la production de méthane, un puissant gaz à effet de serre (GES). L'argentine compte 55 millions de tête de bétail ; sachant que chaque bête produit de 800 à 1000 litres de méthane/jour, l'Argentine est un des pays les plus pollueurs du monde !

Fermer Fermer

Publié le 04/09/2008 ¤ 18:39  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?   | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut

      Selon The Autralian, repris par le Courrier International, le kangourou pourrait sauver la planète : une bactérie présente dans son intestin empêche la formation de méthane, contrairement à ce qui se passe pour les bovins et les ovins. Les pets de kangourou ne sont donc pas nocifs pour l’environnement et il est imaginé d’implanter ce fameux micro-organisme dans les intestins de nos ruminants. L’autre solution serait de modifier les élevages et la ration alimentaire pour manger des marsupiaux. Près de 20% des australiens ont déjà opté pour cette viande bien équilibrée en graisse et protéines.

Lire la suite Lire la suite

      Selon The Autralian, repris par le Courrier International, le kangourou pourrait sauver la planète : une bactérie présente dans son intestin empêche la formation de méthane, contrairement à ce qui se passe pour les bovins et les ovins. Les pets de kangourou ne sont donc pas nocifs pour l’environnement et il est imaginé d’implanter ce fameux micro-organisme dans les intestins de nos ruminants. L’autre solution serait de modifier les élevages et la ration alimentaire pour manger des marsupiaux. Près de 20% des australiens ont déjà opté pour cette viande bien équilibrée en graisse et protéines.

Fermer Fermer

Publié le 02/09/2008 ¤ 16:56  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?   | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut

            La FAO (Agence de l’ONU pour l’alimentation et l’agriculture) reconnaît que le phénomène prend de l’ampleur : l’achat de terres arables avec les petro dollars et par des multinationales ; un moyen de préserver ses propres ressources tout en s’affranchissant des fluctuations des cours. On cite, entre autre, la Chine qui investit au Cameroun, l’Arabie Saoudite, en Egypte, Turquie, Ukraine.. Certaines des terres sont consacrées à de l’élevage intensif.

Evidemment, les terres impliquées sont en général les plus fertiles. Les prix grimpent et les autochtones se trouvent privés de terre et de revenus … Un phénomène inquiétant qui doit être mis sous contrôle !

Lire la suite Lire la suite

            La FAO (Agence de l’ONU pour l’alimentation et l’agriculture) reconnaît que le phénomène prend de l’ampleur : l’achat de terres arables avec les petro dollars et par des multinationales ; un moyen de préserver ses propres ressources tout en s’affranchissant des fluctuations des cours. On cite, entre autre, la Chine qui investit au Cameroun, l’Arabie Saoudite, en Egypte, Turquie, Ukraine.. Certaines des terres sont consacrées à de l’élevage intensif.

Evidemment, les terres impliquées sont en général les plus fertiles. Les prix grimpent et les autochtones se trouvent privés de terre et de revenus … Un phénomène inquiétant qui doit être mis sous contrôle !

Fermer Fermer

Publié le 02/09/2008 ¤ 16:51  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir ? Ajouter le vôtre ?   | Prévisualiser...   Imprimer...   | Haut

Rubriques

Déplier Fermer Solaire

Déplier Fermer Pétrole

Déplier Fermer Géostratégie

Déplier Fermer Environnement

Déplier Fermer Energies

Déplier Fermer Eau

Déplier Fermer Développement durable

Déplier Fermer Climat

Déplier Fermer Biodiversité

Déplier Fermer Biocarburants

Derniers billets

Derniers commentaires

Calendrier du blog